Souffrez-vous de logorrhée verbale ?

5/5 - (11 votes)

Vous parlez trop vite et longtemps :
souffrez-vous de logorrhée sans le savoir ?

Parler beaucoup, avoir un débit verbal important, en changeant de sujet sans prévenir. Cela s’appelle la logorrhée. Lorsque ce symptôme est associé à d’autres, il peut être le signe d’un trouble psychotique.

logorrhée

La logorrhée verbale est un phénomène médical qui se caractérise par une surproduction verbale intense et ininterrompue. C’est un symptôme fréquent dans les maladies psychiatriques et neurologiques chroniques, et il peut être lié à des troubles de l’humeur, des symptômes neurologiques ou une prise de toxiques.

Une personne logorrhéique présente un besoin irrésistible de parler, ce qui entraîne un flux de paroles rapides, long et diffus. Le terme médical est souvent utilisé en psychiatrie, car il se produit généralement lors d’accès maniaques. La logorrhée est souvent accompagnée d’une tachyphémie, c’est-à-dire d’une accélération progressive du débit d’élocution et du rythme de la pensée.

Les paroles d’une personne logorrhéique peuvent être organisées autour d’un thème prédominant, mais sont généralement très dispersées. Elle passe fréquemment d’un sujet à l’autre de manière inexpliquée, ce qui peut rendre son discours difficilement compréhensible.

logorrhée II

De quoi cela peut-il être le signe ?

La logorrhée verbale peut être un signe d’un trouble psychiatrique, notamment une manie ou un accès maniaque, une schizophrénie, un trouble bipolaire, une psychose ou une maladie neurologique telle que la maladie de Parkinson ou une démence. La logorrhée est un symptôme fréquemment observé dans ces maladies, caractérisé par un débit verbal élevé, une tachyphémie (accélération du débit de parole) et une difficulté à arrêter de parler.

La logorrhée verbale peut également résulter de la solitude induite par un confinement ou un isolement social, fréquemment observés dans le cadre de troubles mentaux ou neurologiques:

  • La personne logorrhéique éprouve un impérieux besoin de s’exprimer dès qu’elle en a l’opportunité, dans le but de pallier un sentiment de solitude et d’isolement.
  • Elle cherche à optimiser le temps qui lui est imparti pour communiquer et partager le plus de choses possible.
logorrhée

La SEP peut entraîner des troubles cognitifs, tels que des difficultés de concentration, de mémoire ou de traitement de l’information ainsi que des troubles de la régulation des émotions. Ces troubles peuvent se manifester par des changements dans les capacités de communication, comme une logorrhée verbale.

La logorrhée verbale peut avoir un impact négatif sur les relations interpersonnelles, en rendant la communication difficile et en entraînant une perte d’attention de l’interlocuteur.

Cela peut être particulièrement problématique pour les personnes atteintes de troubles neurologiques, qui peuvent déjà faire face à des défis dans leur vie sociale et professionnelle.

Il existe des traitements pour la logorrhée, qui varient en fonction de la cause sous-jacente. Pour les troubles psychiatriques, des médicaments régulateurs de l’humeur ou des antipsychotiques peuvent être utilisés.

Dans le cas de troubles neurologiques, des traitements spécifiques pour la démence ou la maladie de Parkinson peuvent être proposés, ainsi qu’une prise en charge par un neuropsychologue et un orthophoniste.

Me concernant

Je m’arrête ici, ça risquerait de s’éterniser.

joieconclusion

Reconnaître ce phénomène peut être crucial pour améliorer la qualité de la communication et favoriser des échanges plus efficaces et pertinents.

Le rôle de l’entourage est également important pour aider la personne logorrhéique.

Une prise en charge adaptée est souhaitable pour aider les patients à mieux gérer cet aspect de leur condition.


Si vous avez envie de partager votre expérience ou simplement d'exprimer votre ressenti, n'hésitez pas à laisser un commentaire.


Laisser un commentaire


Sources

  1. https://psychoandco.home.blog/

Sepien, Sepienne (La #scléroseenplaques ou #multiplesclerosis (SEP ou MS) est une maladie neurologique invalidante caractérisée par la destruction progressive de l'enveloppe protectrice des nerfs du cerveau et de la moelle épinière)