Andromaque

5/5 - (7 votes)

Yan Pbd

Andromaque

C’était un jour si semblable aux autres
Avec ses couleurs bien matinales
Son odeur de fièvre sentimentale
Et son air insulaire qu’est la nôtre

Enlacé au rivage de nos yeux
Flottait au ciel une nuit océan
Le refuge idyllique des amants
Quand s’embrase l’âme des corps langoureux

Toute la possibilité d’une île
S’unissait d’efforts paradisiaques
Aux excitantes versions d’Andromaque
Pour jouir de ta tendresse volubile

Cerné d’écume blanche et rugissante
L’horizon d’un vaste flot émeraude
Souleva l’ombre angoissante d’une fraude
Sitôt franchit l’isthme de l’aube naissante

Sous la braise de mots incandescents
Surgirent tant d’émotions en fusion
L’impudeur de courtes exclamations
Aussi innocente que le beau temps

Alors l’éternité nous figea
Dans l’espace invisible de l’instant
Pour toujours et à jamais fuyant
Vers des plaisirs nés dans l’au-delà


Y@nnPbd_fev19_©